Bienvenue sur . Glitch of magic ! Recensement en cours ! N'oubliez pas de venir poster ! • Tempête de neige en pleine canicule à Londres ! venez participer au topic commun ici ! Un petit défi d'écriture, ça vous dit ? Plus d'infos par ici !si vous n'avez pas d'idées de personnage, nous avons créé un petit guide pour aider à la l'intégration de vos personnages inventés dans le contexte de Glitch. .

 

 Ewan | Never left alone on a corner table.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar

Invité
Invité

MessageSujet: Ewan | Never left alone on a corner table.   Jeu 7 Juin - 21:46


Never left alone on a corner table.
Merci Lucia. C’est la seule chose à laquelle la jeune femme pouvait penser alors qu’elle baillait. Pour la cinquième fois. En une minute. Sans exagération. Elle tenta encore quelques instants de se concentrer sur toutes les boîtes de céréales qui s’étalaient devant elle, dans le rayon du supermarché, en vain. Les pauvres trois heures de sommeil dont elle n'avait que trop peu profité avant que sa meilleure amie ne la tire des bras de Morphée ne lui avaient clairement pas suffit. Et évidemment, c’était son tour de faire les courses cette semaine.

Finalement, Victoria abandonna son caddie et préféra sortir du magasin les mains vides, consciente qu’elle achèterait n’importe quoi si elle continuait à errer dans les rayons dans un état pareil. Après réflexion, elle et Lucia n’avaient vraiment pas besoin de ce lot d’accessoires de pâtisserie qu’on leur présentait en promotion à l’entrée du supermarché. Les jeunes femmes faisaient tout à la baguette. Ah, elle regrettait le temps de Poudlard où il lui suffisait de mettre les pieds sous la table pour profiter d’un succulent banquet... Le souvenir de son école lui donna une idée : Victoria fera du jus de citrouille dans la semaine, cela devrait faire plaisir à Lucia.

Cette initiative lui souffla une autre idée au creux de l'oreille, légèrement plus pertinente pour améliorer sa situation. Elle avait besoin de café pour finir sa journée. Elle ne pouvait pas juste rentrer et finir sa nuit puisqu’il fallait qu’elle termine une séquence de son jeu ce soir pour ne pas être en retard dans son planning. Quelle idée d’avoir gaspillé toutes ses soirées à re-regarder Brooklyn 99 aussi… Elle se gifla mentalement. Ce soir, boulot. Mais maintenant, café.

Elle quitta le Tesco et savait exactement où elle voulait aller. Le Starbucks de Camden était de loin son préféré, d’abord parce qu’il n’était pas loin de chez elle, ensuite parce que sa décoration atypique l’avait conquise et surtout parce qu’elle avait finit par sympathiser avec certains des employés qui lui faisaient des prix de temps en temps. Ni une, ni deux, elle sauta dans le métro et il ne lui fallut pas plus d’un quart d’heure pour arriver à destination. Par chance, il n’y avait pas grand monde, et on lui servit rapidement son Mocha Frappuccino qu’elle était impatiente de déguster. Elle l’avait pris pour consommer sur place, s'étant souvenu qu'elle avait un bouquin dans son sac. C’était une de ses manières préférées de tuer une heure dans la journée : lecture dans un café au sein de sa ville favorite. Cependant, alors qu’elle allait s’asseoir, le son d’une voix qui lui semblait familière attira son attention.

La jeune femme se dirigea vers le fond du café, et fixa le garçon brun qui occupait seul une table, au téléphone. Victoria réfléchit, son visage lui était particulièrement familier, et c’est pile au moment où le presqu'étranger raccrocha qu’elle eut l’illumination. Elle claqua des doigts en l’air. « Hey ! » s’exclama-t-elle.

Victoria tira la chaise en face de lui, sans attendre l'invitation ni même prêter attention à son air interloqué, puis lui offrit un immense sourire. C’était typique de la jeune femme, difficile de trouver plus sociable et extravertie qu’elle. Elle aimait les gens, elle aimait leur compagnie, elle aimait échanger et tisser des liens, 'apprendre des expériences d'autrui et rire avec eux. Par Merlin, cette fichue planète compte aujourd'hui plus de sept milliards d'humains, c’est pas pour rester chacun bouder dans son coin ! « C’est Ewan c’est ça ? On s’est vu avant-hier avec Noah, tu te souviens ? Victoria ! » Elle prit une première gorgée de son café. Merveilleux. « Tout va bien ? T’avais l’air un peu préoccupé au téléphone… »
code by EXORDIUM. | imgs by tumblr


Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 01/06/2018
Messages : 116
Points : 115
x âge : 34
x métier : Psychiatre
x statut : célibataire

MessageSujet: Re: Ewan | Never left alone on a corner table.   Ven 22 Juin - 12:52


 
 
 

 
Never Left Alone on a Corner Table

 
"The best things happen unexpectedly"

 
Le bruit du Starbucks ne le dérange plus depuis le temps qu’il y passe son temps libre. Enfin, temps libre c’est vite dit quand on sait que le psychiatre profite de ce temps à rechercher des articles, essais, thèses et autres ouvrages pouvant expliquer la récurrence étrange de mention de la magie chez les psychotiques. Il n’est pas étranger à la pensée magique que l’on peut entendre dans la bouche des délirants, ou dans certaines cultures qui valorisent le merveilleux au pragmatisme ancré dans la pensée occidentale. Mais là c’est une toute autre histoire. Comment expliquer que Bleuler au 20ème siècle faisait déjà référence à des récits étranges de patients schizophrènes qui racontaient à tout va que les sorciers existaient et que oui ils se déplaçaient bel et bien à califourchon sur des balais. Dans des récits plus obscurs trouvés après de minutieuses recherches – et après le tri des textes sans aucun fondements scientifiques et qui se voulaient simplement outrageusement scandaleux -  il était aussi question de baguettes magiques et d’un monde enfoui dont les humains n’avaient pas connaissance. Paraphrénie structurée et hasard de la vie ou bien il y avait quelque chose de plus ? L’esprit scientifique du médecin ne pouvant complètement appréhender la situation, Ewan se retrouvait régulièrement installé dans un des fauteuils de cette chaîne américaine, sirotant un frappuccino quelle que soit la saison, son ordinateur portable allumé et des onglets PDF à n’en plus finir. Voilà à quoi ressemblait son temps libre.

Comme aujourd’hui, où assis avec un frappuccino caramel et un muffin cramberries/chocolat blanc, Ewan est plongé dans la lecture d’un texte fort intéressant et datant du XVIème siècle qui fait état d’occurrence bizarre s’étant produites dans le Yorkshire. Mais encore rien d’assez concluant. Sa dernière inspiration du moment, essayer de lier magie et folie. La folie étant parfois le seul moyen de s’adapter à la réalité, il se demande si la création d’un monde magique n’avait pas pour vocation de rendre la terre et les hommes plus acceptables pour des gens psychiquement fragiles. Après tout, les histoires de balais volants, de sortilèges pour rendre la vie plus facile et d’Ecole de magie où les plats apparaissaient comme par enchantements et les fantômes se baladaient tranquillement … Une belle façon d’embellir une réalité parfois monotone. Se questionnant sur le rôle de l’imagination et des nouveaux médias dans ces exubérants délires, il n’entend pas tout d’abord son téléphone sonner. Et lorsqu’il répond, c’est dans un état d’écoute flottante qu’il se met. C’est sa mère qui s’inquiète comme à son habitude. « Et comment va Opale, et est-ce que ses hallucinations son parties. Elle prend bien ses médicaments n’est-ce pas ? Comment ça tu l’as laissé sortir seule dans un bar. Mais enfin tu sais bien que cela pourrait créer un choc et la faire décompenser. » Et cetera, et cetera. Les parents médecins, am I right ?! Après quelques réponses succinctes mais rassurantes, Ewan finit par dire au revoir, non sans avoir promis de leur rendre une petite visite avec sa sœur – enfant chérie de la famille. Promis, promis.

Le psychiatre a à peine raccroché qu’il voit une jeune femme s’asseoir à ses côtés. En bon physionomiste il reconnaît en elle l’amie d’enfance de Noah, et un discret sourire s’affiche sur ses lèvres. Ewan n’est pas du style sociable et très ouvert, c’est sans doute pour cela qu’il s’entend aussi bien avec Phil, néanmoins sa cordialité et son empathie ont toujours attirées les personnes vers sa personne, et jamais il ne les a recalé. « Bonjour Victoria, je me souviens parfaitement. » Il aimerait retourner à ses lectures, au calme qui se crée autour de lui quand il est perdu dans ses pensées même dans une foule. Mais pour l’avoir rencontrée, Ewan n’est pas dupe. Victoria ne le lâchera pas. Sans rien montrer de la déception de ce moment gâché, et avec seulement un soupir intérieur, il referme son ordinateur pour engager la conversation. « Juste ma mère. Inquiète et bavarde. Mais rien de grave. » Il n’en dit pas plus, ne va pas se confier sur l’état de sa sœur à une personne qu’il vient tout juste de rencontrer, ni sur l’état déplorable de sa vie amoureuse et sociale. Et ce n’est pas parce que Noah ne tarit pas de louanges à l’égard de la petite brune qu’il en sera autrement ! Pourtant, il se laisse vite prendre à la bonne humeur de la jeune femme et fait la conversation bien plus facilement qu’à son habitude. « Et toi alors ? Comment ça se passe à l’hôpital ? » Bon physionomiste et bonne mémoire, deux atouts importants à un psychiatre. Si seulement il était moins renfermé et solitaire. Mais on a les défauts de nos qualités comme on dit, et inversement.

 ☾ anesidora
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Ewan | Never left alone on a corner table.   Mar 26 Juin - 21:48


Never left alone on a corner table.
Vraiment, il se souvient parfaitement d’elle ? Elle se sent comme une gamine de quinze ans quand, contre son gré s’incruste dans son esprit la pensée que peut-être, Noah lui a parlé d’elle. Ça fait tout de même toujours plaisir de savoir qu’elle marque les esprits, elle ne compte plus le nombre de personnes qui ne la reconnaissent pas quand elle vient les saluer, ou celles qui le prétendent. Certes, on lui a déjà reproché son côté trop extraverti et invasif, mais Victoria trouve que c’est un comportement qui lui a été utile plus de fois qu’il ne lui a fait défaut, alors elle ne voit pas vraiment l’intérêt d'y changer quoique ce soit. Bien sûr, elle tente tout de même de rester polie et de respecter l’intimité des gens, raison pour laquelle elle n’insiste pas quand Ewan parle de sa mère. Les affaires de famille, c’est privé, on n’a pas toujours envie de s’étendre dessus. « Tu me fais penser que ça fait une éternité que je n’ai pas parlé à ma mère ! » s’exclame-t-elle, non sans une pointe de culpabilité. Je lui enverrai un cloud en rentrant, décide-t-elle. Ce fut un peu compliqué de l'initier à toutes ces nouveautés qu'elles avaient mises en place avec Lucia, mais après de longues heures d'explication et beaucoup de patience, elle avait réussi à faire de sa mère une adepte de leur système.

« Et toi alors ? Comment ça se passe à l’hôpital ? » Victoria fronce les sourcils en reprenant une gorgée de son café. C’est-à-dire ? Il lui faut deux petites secondes avant de se souvenir. Elle avale de travers, sous la surprise, et s’étouffe presque. D’accord, pour une fois elle aurait dû passer son chemin. Clairement, elle vient de sauter à pieds joints dans la situation la plus ingérable du monde. Tous les jours depuis que c’était arrivé, Victoria maudit son impulsivité l’ayant poussé à se faire passer pour médecin devant son meilleur ami d’enfance moldu. Stupide. Elle attrape une serviette et s’essuie la bouche, toujours en laissant sa conscience lui aboyer dessus. « Pardon, pardon, j’ai avalé de travers, euh… L’hôpital, bah ça va écoute comme d’habitude hein, ça va, ça vient, ça repart, ça revient… » L’hôpital. C’est vrai que Noah la pense médecin. Et qu’évidemment, il l’a présenté en tant que tel à son meilleur ami psychiatre. Meilleur ami avec lequel elle discute en ce moment même. Elle lui sourit, dans une tentative désespérée de cacher son désarroi. « Enfin, euh, j’ai… J’ai posé des plâtres ce matin, beaucoup, donc c’était plutôt calme… » Victoria était peut-être du genre casse cou quand elle était enfant, elle était aussi de celles qui avaient les os solides. Les hôpitaux, elle n’y avait quasiment jamais mis les pieds, ses seules connaissances dans le domaine se limitaient à Grey’s Anatomy et Docteur House. « Et toi, tu travailles dans quelle structure déjà ? On n’est pas dans le même établissement je crois… » Pitié, pitié, Merlin.
code by EXORDIUM. | imgs by tumblr


Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Ewan | Never left alone on a corner table.   

Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
 

Ewan | Never left alone on a corner table.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Dj's : Quel platines et/ou table de mixage utilisez vous ?
» 04/04: Double Draft 15€ à La Table Bruxelles
» [projet]Table futuriste (questions inside)
» Les Chevaliers de la Table Ronde
» table de jeu "pirate des caraibes"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
GLITCH OF MAGIC 〓 :: central london :: camden :: starbucks
-